Partager
Version imprimableSend by email

Current Size: 100%

Histoire et patrimoine

Situé à son origine autour de l’église, d’abord simple chapelle de halte sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, le village aurait été fondé, lors de la colonisation romaine, par un certain Quintinus qui lui a donné son nom, « Quintini ». Au XIIème siècle, dans le petit bourg, se dressait une tour à feu que l’on allumait pour signaler aux populations que l’ennemi approchait. Quintini possédait son château fort, mais perdit son prestige au profit de Bléré, aux environs de 1325, après la destruction du château.

Au fil des temps, le village devint Sanctus-Quintini-de-Prato (Saint-Quentin-des-Prés), puis Sain-Quintinus-anté-Blérium (Saint-Quentin-avant-Bléré). La Croix-en-Touraine porte au XIème siècle et jusque vers 1250 le nom de Saint-Quentin-près-Bléré ; l'église paroissiale en garde le vocable avant que n’apparaissent le nom de Crux-de-Bleireio au XIIIème siècle et La Croez-de-Bléré.

Trop souvent envahi par les crues du Cher, le village s’est développé plus au nord, laissant l’église isolée loin du bourg. Par son blason qui s’inspire de l’écu de la famille Lorin de la Croix (le nom de son centre de loisirs) et de son étang (Les Trois-Merlettes), La Croix-en-Touraine marque encore son passé de châtellenie du XIVème siècle. Guillaume de Sainte-Maure en fut, dès le XIIème siècle, un des premiers seigneurs connus. La commune appartient ensuite à la maison de Maillé. La famille Lorin en hérita en 1720, et la commune affiche une certaine fierté d’avoir toujours en ses murs leurs descendants, les familles d’Argent et de Sade (du fameux marquis).

Un autre fief appelé Le Grand Hôtel de la Croix existe également dans le bourg. Plusieurs châteaux ou demeures dignes d'intérêt ont été construits sur le commune : Le château de la Herserie, le château de la Gaillardière, les vieux logis de la Chauvinière et de Lauconnière, le château de la Croix et le Château de Finispont, au bord du Cher ainsi que le château de Paradis, au Nord du territoire communal.

Parc Edouard ANDRE

Créé par E.ANDRE (paysagiste français réputé – 1840/1911) propriétaire de ce domaine à partir de 1871. Il a alterné les vues intérieures offrant selon les heures, ombrage et abri, lumière et repos. L'ensemble génére un sentiment d'harmonie qui est encore perceptible de nos jours.Acquis par la municipalité, il est ouvert au public depuis novembre 2003.

Il a fait l'objet d'une restauration, en rappelant certaines des réalisations d' E.André.

Un kiosque à musique réalisé sur la pelouse au-delà du ruisseau du Villarçon qui traverse ce lieu.

Deux treilles demi-sphériques en bois de châtaignier agrémentées de banc circulaire qui supportent des rosiers grimpants.

Neuf carrés entourés de buis accueillent une roseraie, des roses aux noms célèbres rappelant l’histoire et la royauté, les musiciens, les châteaux et les jardins, les peintres, les écrivains, les saisons.

L’espace Gobérande créé par E.André. Un bassin de 36m2 avec des plantes aquatiques.Un ouvrage charpenté sous lequel un banc accueille le public.

Une pièce de lecture ainsi qu’un espace jeux pour jeunes enfants équipé de 3 jeux.Cet espace débouche directement sur la liaison douce qui transporte les visiteurs en quelques pas de la place de la libération au Parc

Vous trouverez également dans ce parc :

  • La Mairie
  • La bibliothèque de la commune gérée par l'association Bibliochouette